En avril au Canada, le crédit à la consommation a plongé et le crédit hypothécaire s’est envolé

Après un mois complet de confinement dans la plupart des provinces canadiennes, l’ensemble du crédit aux ménages comptabilisé par la Banque du Canada a plongé en avril. Dans l’ensemble, le crédit aux ménages a perdu 2,4 % sur un mois en données annualisées et désaisonnalisées, en faisant reculer la croissance tendancielle à 4,1 % sur un an. Cette contraction s’explique surtout par le plongeon sans précédent du crédit à la consommation, alors que la croissance du crédit hypothécaire est restée solide.

La croissance totale du crédit hypothécaire a continué de s’accélérer en avril, contrairement au plongeon des ventes de logements. Les emprunts hypothécaires ont inscrit un gain mensuel de 8,8 % sur un mois en données annualisées et désaisonnalisées — soit l’accélération la plus fulgurante en 79 mois depuis octobre 2011 — en portant à 5,8 % sur un an la croissance tendancielle. Il est probable que l’accélération de l’expansion du crédit hypothécaire soit un effet décalé de la vigueur de l’activité du logement au début de l’année, en raison du décalage entre la conclusion des transactions et l’enregistrement des ventes. Dans les derniers mois, les prêts hypothécaires des banques à charte ont continué à augmenter de concert avec les emprunts non bancaires. Auparavant, les emprunts non bancaires suivaient de près l’évolution du taux hypothécaire à cinq ans, puisque les emprunteurs préféraient les établissements de crédit non bancaires au moment où les taux hypothécaires augmentaient. Lorsque les taux ont baissé et que les critères d’accès au crédit hypothécaire a fléchi, les emprunts consentis par les banques à charte ont recommencé à s’accélérer.

En avril, le crédit à la consommation a plongé, en se contractant de 26,3 % sur un mois en données annualisées et désaisonnalisées, pour enregistrer la plus forte baisse en un mois dans les annales depuis 1969. Cette contraction a ensuite porté la tendance sur un an en territoire négatif pour la première fois depuis 37 ans, avec une baisse sur un an de 0,1 %.

Share

Pin It